Comment vous est venue l’idée d’entreprendre ?

Après plusieurs années d’expérience dans la distribution, je me suis rendu compte que nous manquions de diversité dans l’univers de l’animation. Or, il faudrait que tous les enfants puissent se reconnaître dans leurs héros. Chaque pays africain a sa propre culture, ses histoires et personnages et il est devenu important pour moi de faire voyager ces histoires afin de cultiver l’ouverture d’esprit et la tolérance.

J’ai donc décidé de créer ma société pour défendre des valeurs qui me sont chères : la mise en avant des différentes formes de diversité et la promotion des histoires et talents africains.

Comment s’est passé votre processus de levée de fonds / recherche de financement ?

Je suis encore dans cette phase de recherche de financement. J’ai développé un business plan très précis et détaillé pendant la première année de création de ma société, mais les banques sont difficiles à convaincre.

Entreprendre en 3 mots

Résilience, travail et passion.

Un souvenir de votre parcours entrepreneurial

Entreprendre n’est pas chose aisée, surtout en tant que femme. Nous avons tendance à nous mettre des freins et notre entourage, de façon bienveillante, nous recommande la prudence et la sécurité d’un CDI. Un jour, alors que je ne savais pas si je devais poursuivre mon rêve entrepreneurial, un ami président d’un des meilleurs studios d’animation m’a dit : « Tu ne gagneras pas d’argent au début. Cela va être long et dur. Mais si tu crois en ton projet, si tu es prête à faire quelques sacrifices, cela en vaudra la peine ». Il m’a ensuite raconté sa propre histoire, et connaissant son succès, il a été une véritable inspiration pour moi.

Comment interprétez-vous le fait d’être issu de la diaspora ? Une richesse ? Un frein ?

J’ai toujours vécu ma double culture comme une richesse. Vivre dans un environnement bilingue et biculturel est très enrichissant.

Néanmoins, dans ma carrière professionnelle, alors que je me rêvais spécialiste de la distribution aux États-Unis après une expérience à San Francisco, certaines sociétés dans lesquels j’ai travaillé m’assignaient directement aux régions Moyen-Orient et Afrique. J’ai décidé de faire de ces « stéréotypes » une force et de devenir la spécialiste de la distribution du Moyen-Orient et de l’Afrique !