Aube Kouamé

Comment décrirais-tu ton lien à la France et à l’Afrique ?

D’abord, j’ai grandi en Côte d’Ivoire et j’ai fait toutes mes études secondaires dans un pensionnat de jeunes filles qui avait comme devise “Se former pour s’assumer”. Entourée de dizaines de jeunes filles et loin des parents, j’ai vite appris les notions de rigueur et d’autonomie, des qualités qui continuent de guider mes actions encore aujourd’hui.

J’ai aussi grandi dans un quartier dit “précaire” où le “Do it Yourself” avait tout son sens puisqu’il ne fallait compter que sur soi-même pour répondre à ses besoins. Heureusement, je suis née dans une famille aimante et mes parents ne manquaient aucune de leurs responsabilités. Mais grandir dans cet environnement m’a vite ouvert les yeux sur ma place dans le monde et sur la nécessité de s’informer et de se former.

En 2017, je me suis installée en France pour aller encore plus loin dans cette volonté de dépassement et d’apprentissage. Du coup, la France a été pour moi une ouverture vers le monde et toutes ses possibilités.

Je peux donc dire que c’est en Afrique, principalement en Côte d’Ivoire, que mon identité s’est construite, mais c’est en France que cette identité s’est développée.

Quel est ton parcours entrepreneurial ?

Mon parcours entrepreneurial a débuté il y a 4 ans avec un projet axé sur la promotion de l’entrepreneuriat en Afrique. Avec ce premier projet, j’ai pu me faire une idée claire de ce qu’était l’écosystème des affaires en Afrique puisque mon rôle consistait à m’entretenir avec des dirigeants d’entreprises et porteurs de projets sur les sujets qui minent l’environnement économique en Afrique francophone. Les données extraites de ces entretiens étaient ensuite traitées, exploitées et diffusées auprès d’un public de futurs entrepreneurs.

Passionnée par les mutations économiques africaines et le financement des startups, j’ai rapidement décidé d’explorer le secteur du capital-investissement et de l’accélération de projets. J’ai donc accompagné des startups qui opèrent en Afrique dans leurs projets de développement mais aussi aider des investisseurs à comprendre les écosystèmes de startups afin d’identifier des opportunités d’investissement. Aujourd’hui j’essaie de mettre à profit ces expériences à travers un projet qui me tient particulièrement à cœur et qui est, en quelque sorte, une continuité des missions que j’ai pu réaliser auprès d’entrepreneurs et investisseurs opérant en Afrique.

Peux-tu nous parler du projet que tu portes ?

B’heti Connect est à la fois une plate-forme média et une banque de données, conçue pour répondre aux attentes des investisseurs et des porteurs de projets.

Nous répondons à 2 besoins principaux : celui des porteurs de projets confrontés à un défaut de représentativité mais aussi à la difficulté qu’ont les investisseurs à identifier des projets audacieux.

Nous travaillons sur un outil qui permettra, à chaque acteur, de suivre toutes les grandes actualités business en lien avec l’Afrique, chercher un investisseur, un partenaire, une opportunité d’investissement ou un appel à projets en définissant des critères bien précis.

Ton motto ?

« La logique vous conduira d’un point A à un point B, l’imagination et l’audace vous conduiront où vous désirez » Albert Einstein

B’heti Connect est à la fois une plate-forme média et une banque de données, conçue pour répondre aux attentes des investisseurs et des porteurs de projets.

https://www.linkedin.com/company/b-heti-connect