Comment vous est venue l’idée d’être chef ?

J’ai voulu entreprendre dans la pâtisserie d’événements lors de ma reconversion professionnelle. J’ai une formation en biologie moléculaire à la base.

Citez un plat typique du Cameroun ou du Nigéria et votre plat préféré à cuisiner.

Comme plat typique du Cameroun, je vais citer le « eru ». Une Spécialité qui nous vient du sud-ouest du Cameroun. Il s’agit d’un mélange de deux légumes : l’okok et le water leaf (une sorte d’épinard à petites feuilles) qui accompagnent le fufu (une pâte de farine cuite) de manioc fermenté. C’est un incontournable.

Mon plat préféré, on le nomme le « pilé ». Typique du Cameroun, c’est un plat très simple à cuisiner avec juste cinq ingrédients : du plantain (ou des pommes de terre), des haricots rouges, de l’huile de palme non raffinée, des oignons et du sel. Il est meilleur quand on le mange le lendemain, après l’avoir fait revenir à la poêle !

En plat salé, j’ai « inventé » un plat de tortillas espagnole dans lequel j’ai remplacé les pommes de terre par des plantains frits. Un délice !

En tant que cheffe pâtissière, ma dernière création est une pièce montée aux touches africaines (à retrouver sur la boutique en ligne Patricielle).

Mieux encore, mon dernier produit ! Des biscuits qui racontent l’Afrique (à retrouver sur la boutique en ligne Africa Blossoms).

       

Citez une difficulté que vous avez rencontrée à travers votre parcours professionnel.

La plus grosse difficulté que j’ai rencontrée à travers mon parcours entrepreneurial était l’accès à l’information sur la manière de bien développer son business pour être rentable. Surtout quand on n’a fait que de la biologie dans sa vie, on ne connaît absolument rien à propos de comment monter et gérer une entreprise pour qu’elle prospère.

Quel est votre plus grand succès en tant que chef ?

Mon plus grand succès en tant que chef est d’avoir intégré très tôt le goût de l’Afrique dans mes gâteaux. D’abord dans les recettes de mes entremets durant mon CAP Pâtissier, puis au travers de ma première marque de gâteaux pour événements nommée « Paticielle ». Comme je voulais plus d’Afrique, j’ai créé « Africa Blossoms », la première marque de biscuits aux épices africaines qui racontent l’Afrique de manière valorisante au travers de cartes historiques.

Qu’avez-vous prévu pour la suite de votre parcours professionnel ?

Je souhaite proposer encore plus d’Afrique dans mes gâteaux, travailler les farines africaines, proposer encore plus d’épices typique du continent. Proposer non seulement du thé, mais aussi du chocolat africain… l’horizon est infini ! Que la santé soit avec moi ! Le reste, c’est juste du travail.