Loubna EL MAHMOUDI ZAIR

Loubna Zair

Comment décrirais-tu ton lien à la France et à l’Afrique ? 

J’ai un lien très fort avec l’Afrique parce que mes parents sont d’origine marocaine de Fès. Ils m’ont transmis un héritage de mémoire et de culture qui joue un rôle important et qui fait partie intégrante de la personne que je suis aujourd’hui.

Cet héritage se transmet d’une génération à l’autre, alors à mon tour je transmets à mes enfants.

Evidement que je n’oublie pas ma douce France, mon pays de naissance où je vis et travaille. Je suis riche de ces deux cultures, et n’ai jamais envisagé choisir l’une ou l’autre, parce qu’elles partagent des valeurs en commun, et vouloir, nier, ou effacer une partie d’entre elles, reviendrait à abandonner une partie de moi.

Cette richesse plurielle est un puissant atout dans ma vie personnelle et professionnelle. A l’ère de la mondialisation, elle me permet indéniablement d’avoir une grande ouverture d’esprit, ainsi que plus de facilité à m’adapter à d’autres cultures.

Je suis une ambassadrice de ces deux cultures dont je suis très fière.

Quel est ton parcours entrepreneurial ?

Après plusieurs années de réflexions et d’hésitations, j’ai décidé de sauter le pas, de sortir de ma zone de confort, pour exercer une activité professionnelle à impact positif sur la société et mettre du sens dans mon quotidien.

J’ai donc créé mon entreprise il y a maintenant une année, une agence de communication internationale (ELMA), qui est également une agence de conseils et de mise en relation, qui crée et développe des projets porteurs de sens en accord avec mes valeurs : faire du business responsable ! Je pense que le fait d’avoir baigné dans le monde associatif pendant plusieurs années a influencé ce choix de carrière.

Mes missions entre la France et l’Afrique me tiennent à cœur, car je les vis comme un devoir. Nous devons chacun protéger et entretenir les relations Franco-Africaines, en particulier nous les diasporas, en misant sur un partenariat « gagnant-gagnant ».

J’ai connu de nombreux obstacles au début de cette aventure entrepreneuriale, et notamment parce que je suis une femme ! On ne vous prend pas au sérieux, on tente de vous décourager, mais cela a eu sur moi l’effet inverse, j’ai redoublé d’effort pour y arriver ! Quand on est une femme issue de la diaspora, il faut s’attendre à travailler deux, trois fois plus pour briser le double plafond de verre.

Je vis ma double culture comme une opportunité, mais il faut aussi se détacher de la lecture de nos réussites et de nos échecs par le seul prisme de nos origines : si je rencontre des difficultés, ce n’est pas seulement parce que je suis une femme de couleur, je dois aussi renforcer mes compétences et mes connaissances, apprendre de mes erreurs, attendre le bon moment ; une entrepreneure de la diaspora est avant tout une entrepreneure, qui rencontrera des succès et des échecs !  Chacun a sa part de travail et de mérite. Le problème commence si l’origine ou le sexe devient un facteur principal d’explication. Et si c’est le cas, battez-vous ! La réussite parlera d’elle-même.

Peux-tu nous parler d’un projet que tu portes ?

Depuis 2017, je suis présidente et fondatrice de l’association Women In Leadership qui œuvre en France, en Afrique et dans le monde, pour l’autonomisation et une meilleure représentation des femmes dans la vie publique et les cercles de décision, sur les postes à responsabilité et dans l’entrepreneuriat.

Nous agissons toutes et tous avec détermination, nous menons des actions de sensibilisation, nous organisons des événements et des rencontres afin d’échanger et partager nos expériences, nous mettons en lumière des parcours pour inspirer les plus jeunes.

Toutes ces initiatives sont des repères destinés à servir de guide et à atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030. Car le développement économique et social, notamment en Afrique, ne peut se faire sans la participation et la contribution effective et égale des hommes et des femmes.

Je crois très fort en une communauté inspirante, engageante et collaborative, une voix dynamique qui peut être entendue et suivie, afin de façonner un avenir en faveur de l’égalité des chances.

Ton motto ?

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. » Marc Aurèle