Moussa Touré

Comment décrirais-tu ton lien à la France et à l’Afrique ?

Le lien Afrique/France avec la diaspora est souvent le même, et le mien rentre dans ce cheminement. Mes parents sont venus ici à l’âge de 17 ans. Dès qu’ils en avaient l’occasion, ils repartaient au Mali ou au Sénégal. C’est ainsi que dès mes 2 ans, je n’ai cessé de faire des allers retours entre la France et mes pays d’origine. En étant issu de la diaspora, on se frotte souvent à un problème d’identité quand on rentre sur le continent.  Je n’étais considéré ni malien ni sénégalais, mais toujours comme un touriste. Cela m’a pousséà réaliser une introspection sur mon identité, et je pense que chaque membre de la diaspora doit faire ce travail de recherche d’inspiration.

En France j’ai appris énormément de choses, que ce soit sur le volet business ou encore technologique et maintenant que j’ai réalisé l’introspection sur mon identité, je pense qu’il est temps de transmettre cette connaissance et de rentrer auprès des miens pour apprendre d’eux, et surtout pour contribuer à cette transformation qui est fulgurante sur le continent.

Mayyan est un moteur de recherche à impact social pour l’Afrique

https://linktr.ee/mayyan.org

Quel est ton parcours entrepreneurial ? 

Sur les 4 dernières années j’ai principalement travaillé sur des sujets de sécurité cloud autour des technologies Microsoft. J’estime avoir eu beaucoup de chance, et je crois que la chance est la rencontre de la préparation et de l’opportunité. Plus vous travaillez pour y arriver, plus vous faites d’erreur, plus vous apprenez, meilleur vous devenez. Le parcours de l’enfant qui vendait des œufs au marché de Noisiel, à celui qui a fondé un moteur de recherche qui impacte l’Afrique est bien souvent incomprise, car le gap est vraiment grand entre les deux situations, mais je pense que ce parcours a été primordial dans le développement de l’homme que je suis devenu. Dans ma vie, chaque année m’a permis de valider des paliers de confiance. Ils ont été importants dans cette aventure. Par exemple, quand je travaillais en tant que chauffeur Uber, je rencontrais des gens avec un parcours vraiment impressionnant, et je me disais « je pense que je peux moi aussi y arriver ». Au fil des conversations avec les clients, je gagnais en confiance car ce que je pensais impossible se dessinait comme possible. J’ai donc repris mes études après un Bac+2. Après plusieurs expériences professionnelles j’ai réalisé mon rêve de rejoindre Microsoft. Je crois qu’à partir de là, ma vie et ma façon de la percevoir, ont complètement changé. Et une question venait sans cesse à mon esprit, “What’s Next ?

Peux-tu nous parler du projet que tu portes ?

A cette question la réponse est arrivée un an après, quand j’ai lancé Mayyan, un moteur de recherche avec le projet de transformer 500 000 vies d’ici à 2030. Imaginez un outil qui vous permet de devenir un acteur émergeant du développement du continent Africain et simplement avec quelques clics ? Certains penseront que cela n’est pas possible et pourtant nous l’avons fait ! Aujourd’hui il vous est possible d’être un véritable acteur de cette transformation sans même avoir à fournir un effort considérable. Mayyan est un moteur de recherche basé Microsoft Bing, et nous reversons 30% de nos revenus pour le développement du continent Africain, à travers plusieurs aspects: des projets d’électrifications, d’agriculture pour renforcer l’autosuffisance des populations rurales et en renforçant l’accès à l’eau. Nous générons des revenus grâce aux publicités qui sont généralement aux 3 premières positions des résultats de recherches et grâce aux clics, nous générons entre 0,15 et 0,30 cents par clic. Ce business model n’est plus à prouver car des moteurs de recherches « alternatifs » génèrent aujourd’hui 2 à 3 millions d’euros par mois. Il faut juste réussir à faire comprendre aux utilisateurs l’intérêt d’utiliser nos solutions quotidiennement, et c’est la partie la plus compliquée. Nous avons donc décidé de rendre disponible Mayyan sur Chrome, Edge, Android, IOS et bientôt sur Brave & Safari.

Beaucoup y voient seulement un moteur de recherche. Nous y voyons un réel outil pour le changement, et surtout une place de visibilité pour la culture africaine. Le continent Africain mérite d’avoir ses champions et nous voulons en faire partie.

Quel est ton motto ? 

Nous vivons en moyenne 30 000 jours, et dormons 10 000 jours, soyez seul maître des 20 000 jours restants et surtout ne laissez jamais le mot impossible vous gâchez un seul jour.