ByNora est à la fois une plateforme e-commerce solidaire qui commercialise à l'unité ou en coffrets personnalisables des produits d’artisans et de producteurs locaux marocains, ainsi qu’un projet solidaire pour accompagner l'employabilité des femmes rurales et l'éducation des enfants au Maroc. Nous valorisons les richesses du territoire marocain dans les domaines de l’alimentaire et de la cosmétique en favorisant des produits 100% artisanaux, 100% locaux, 100% éthiques, non-testés sur les animaux et issus de producteurs et coopératives engagés.

Quelles sont vos clés du succès pour l'entrepreneuriat des diasporas ?

Je pense que les clés du succès pour l'entreprenariat des diasporas sont intimement liées à la nature du projet et à la vision de l'entrepreneur. Il faut un fil conducteur et une vision 360° pour mener à bien n'importe quel projet en lien ou pour les diasporas. Avec ma propre expérience, j'ai dû sortir de ma zone de confort pour apprendre un nouveau métier et répondre à un besoin marché détecté. Ensuite, je devais aussi me former sur toutes les thématiques qui touchent mon activité afin de maîtriser l'ensemble de la chaîne avec un objectif de devenir un pionnier et non pas un suiveur, surtout quand vous agissez sur un double espace (pour ma part Maroc et France).

Oser prendre le "bon mauvais choix" : accepter que ce qui est fait est fait : j'ai fait des erreurs, fais de mauvais choix ? c'est tant mieux, parce que j'ai beaucoup appris et progressé grâce à mes propres erreurs. Donc, je fais en sorte de mener aujourd'hui des actions qui vont me permettre de construire sereinement l'avenir.

Quels sont vos principaux défis aujourd'hui ?

Nous voulons continuer à avoir un impact grâce au digital, surtout pendant cette crise sanitaire inédite. Notre activité a été chamboulée et il a fallu s'adapter vite pour répondre aux nouvelles données. Continuer à créer de la valeur même à distance et garder un impact local. Ensuite, notre plus grand défi est de lever toutes les barrières d'entrée permettant d'accéder à de nouveaux marchés à l'étranger et aux financements. Pour accéder à de nouveaux marchés, il faut des financements qui le permettent. Le business plan de l'entrepreneur sur un double espace est complexe. Nous sommes toujours confrontés à des refus et des dossiers envoyés mais sans réponse. Du coup, nous sommes obligés d'avancer avec les moyens du bord, du bootstrapping car nous avons l’impression que personne n'entend ni ne comprend notre cause !